Guyane Française

L’académie de Capoeira de Energia Pura

Soutenir ce projet Profil

Projet CASE : Culture Art Sport et Education

L’association ENERGIA PURA souhaite rendre accessibles la culture, les arts, le sport et l’éducation. Pour cela nous nous sommes lancés le défi de construire ce lieu. Un lieu dédié à l’accueil des habitants pour la pratique d’activités multisports, culturelles et artistiques, mais aussi de partage de savoir en plein cœur de la Cité Bonhomme (quartier classé zone prioritaire). Un projet qui s’inscrit dans un maillage nécessaire au vivre ensemble et porteur de valeurs d’inclusion et de respect de la culture de chacun.

Ce centre sera lieu de rencontre interculturelle mais aussi intergénérationnelle. Un lieu d’accueil pour découvrir et pratiquer une activité, faire naître et vivre des projets ; mais surtout garant d’une mixité sociale. En effet l’association forte de plus de 200 adhérents n’est pas une coquille vide; présente depuis 15 ans nous avons une forte expérience dans l’intervention auprès de publics divers.

L’association, porteuse de projet et responsable de la coordination de cet espace aux ressources plurielles, assurera la part « découverte des arts afro-Brésiliens » : Capoeira, Percussions et danses.. mais aussi fabrication d’instruments, apprentissage des chants, …

L’association Energia Pura est affiliée à la Fédération Sport Pour Tous depuis plus de 10 ans.

De nombreux partenariats sont enclenchés avec d’autres clubs de la fédération mais aussi avec les acteurs du quartier (Maison de quartier, associations, …) pour intervenir dans ce centre. Nous avons intégré les séminaires de création de centres sociaux engagés en Guyane par la CAF. Notre volonté est bien de nous inscrire dans la dynamique du territoir. C’est pourquoi nous sommes acteurs dans la démarche de réflexion  et mise en place de centres sociaux dans le département. Nous sommes membre actif du groupe moteur de la mairie de Cayenne pour l’accompagnement au diagnostic avec les habitants et acteurs des quartiers de la ville.

Notre objectif est de nous inscrire dans le projet social de la ville de Cayenne et de devenir très rapidement un Espace de vie sociale au sein duquel on pourra accueillir les habitants et intervenants. On affirme alors notre volonté forte de réduire les inégalités.

La capoeira est l’un des aspects les plus fascinants de la culture brésilienne. Art de lutter dans la danse et de danser au sein de la lutte, elle est avant tout un jeu.

Sa richesse provient de la rencontre des diverses cultures africaines sur le territoire du Brésil durant trois cents années d’esclavage.

Les esclaves inventèrent cette forme d’échange unique : la capoeira, dans laquelle les joueurs sont à la fois des athlètes, des danseurs, des acrobates, des farceurs, des comédiens et des musiciens. Autrefois interdite et réprimée, et ce, même après l’abolition de l’esclavage, la capoeira ne sera autorisée par le gouvernement brésilien qu’en 1937. Elle est alors enfin reconnue pour ses valeurs culturelles, éducatives, créatives et artistiques.

Les capoeiristes sont soutenus par les rythmes des percussions, les chants et les frappes des mains des autres participants. Ces derniers forment un cercle que l’on nomme « roda » et qui délimite l’aire de jeu. Au sein de cette « roda », deux personnes jouent, improvisent et créent un dialogue corporel. Les instruments font varier les cadences, les chants envoient des messages, des avertissements ou des conseils. Ils peuvent commenter le jeu ou raconter des histoires légendaires de la capoeira.

De tout cet ensemble résulte une intense synergie, un grand échange entre les participants quel que soit leur niveau, et un jeu envoûtant d’une extrême beauté !

La « roda » de capoeira a été enregistrée sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

0

Contributeur(s)

€150 000

Objectifs

0%

Levé de fonds

Contre-parties

Laisser un commentaire